Medieco cologie mdicale pour des btiments sains
qui sommes nous
prestations medieco
parutions medieco
formations medieco
le magnetic alert
les news
parutions
contactez-nous
contactez-nous
pour commander
Actualités
Des btiments sains pour une sant durable
Confrence Trinationale de Strasbourg, le 6 juin 2003 : CONSTRUIRE ET PLANIFIER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE
06 juin 2003
Un btiment sain dpend d'abord, du btiment lui-mme, mais galement trs fortement des occupants.

Dans une construction, divers lments jouent un rle important :
- parmi les caractristiques de la construction, son environnement extrieur, le sous-sol sur lequel il est difi, la conception, le systme constructif, l'isolation, les produits de construction utiliss
- parmi les systmes : la ventilation, le chauffage, l'installation lectrique, l'clairage, la climatisation, l'aspiration des poussires.

L'impact des occupants sur la qualit sanitaire du bti s'effectue travers :
- leurs activits : leur respiration et leur sudation, la fume de tabac, la prsence d'animaux domestiques, les sources de combustion, les modes de cuisson, le schage du linge, etc.
- les quipements utiliss : lectromnager, mobilier, ordinateur, imprimante, photocopieur, etc.
- l'entretien : le mode de nettoyage, la qualit des produits employs, les dsodorisants, les pesticides domestiques, etc.

Quels sont les facteurs d'un btiment sain ?

Ce sont:

- tout d'abord, de nombreux facteurs chimiques prsents dans l'air (monoxyde de carbone, oxydes d'azote, ozone, ammoniac, composs organiques volatils COV et aldhydes, fibres et particules) ou librs dans l'eau par les conduites (plomb, nickel, chlorure de vinyle)

- ensuite, divers facteurs biologiques tels que les allergnes d'acariens, de blattes, d'animaux domestiques, de pollens, mais galement les moisissures, les bactries dont les lgionelles..

- enfin, des facteurs physiques : temprature, humidit, bruit, radioactivit (radon et rayonnement gamma), rayonnements lectromagntiques non ionisants.

Face tous ces contaminants possibles, que faire pour garantir une sant durable ?

1 pour respirer un air intrieur sain

- d'abord, diminuer les sources de pollution de l'air

o dues la combustion :
- pas de tabagisme dans les btiments, responsable, selon l'Acadmie franaise de Mdecine de 2 500 3 000 morts par an en France par maladies cardiovasculaires et cancers du poumon. La fume de tabac environnementale est class cancrogne certain pour l'homme par l'IARC (International Agency of Research on Cancer) depuis juin 2002.
- contrle et entretien des moyens de cuisson et de chauffage
o dues aux activits humaines
- recours limit aux dsodorisants et aux pesticides domestiques
- choix de produits d'entretien faiblement missifs et peu irritants
- schage du linge dans un local adapt pour viter une humidit trop importante des logements
- si ncessaire, viction des animaux domestiques de l'environnement intrieur
o dues l'ameublement et aux quipements
o dues aux produits de construction dont les industriels doivent maintenant communiquer les principales caractristiques sanitaires qui sont :
- leurs missions de composs organiques volatils et d'aldhydes mesures selon la norme harmonise sur le plan europen XP ENV 13419 et conformes au protocole europen ECA-IAQn18
- leurs missions ventuelles de fibres et de particules
- leur aptitude favoriser la croissance des microorganismes
- leurs missions radioactives

- ensuite, assurer le renouvellement impratif de l'air pour vacuer l'air pollu, apporter de l'air neuf qui dilue les contaminants et lutter contre l'humidit et les condensations.

2 pour ne pas dgrader la qualit de l'eau

Le btiment peut en diminuer :
- d'abord, la qualit chimique par corrosion des conduites librant alors dans l'eau divers mtaux (plomb, nickel) ainsi que des substances organiques,
- mais galement la qualit bactriologique, l'origine du dveloppement des lgionelles :
o par dfaut de conception favorisant la stagnation de l'eau en raison de bras morts, d'un dbit trop faible
o par dfaut d'entretien permettant l'entartrage des canalisations.
Les nouvelles normes de potabilit de l'eau, applicables au 25 dcembre 2003, tendent limiter les effets des matriaux sur la qualit de l'eau par :
- la mesure de la qualit de l'eau au robinet du consommateur ;
- l'introduction de nouveaux paramtres significatifs des matriaux organiques, tels que le chlorure de vinyle ;
- des normes plus svres pour des substances contenues dans des matriaux et alliages mtalliques, par exemple, pour le nickel, le plomb.

3 pour ne pas augmenter la radioactivit dans les btiments

- matriser les concentrations de radon, facteur de risque du cancer du poumon (2 000 cas par an attribus au radon en France) grce :
o la rglementation
- directive europenne de 1990 limitant la concentration de radon dans l'air intrieur 200 Bq/m3 pour les btiments neufs et 400 Bq/m3 pour les btiments existants
- dcret du 6 avril 2002 obligeant des mesures de radon les propritaires de lieux recevant du public dans 31 dpartements risque et des travaux si la moyenne annuelle dpasse 400 Bq/m3.
o des techniques constructives empchant la pntration du radon par la rduction de la surface de contact sol-btiment, une bonne tanchit de l'interface sol-btiment, et ventuellement la mise en dpression de cette interface.
o une ventilation adapte au btiment mettant ventuellement le btiment en lgre surpression.
- connatre la radioactivit des produits de construction qui contiennent tous les radiolments prsents dans l'corce terrestre, mais en quantit variable selon leur origine gologique et l'intgration de dchets industriels. L'Union Europenne a tabli que la dose de rayonnement gamma dlivre par les produits de construction ne doit pas dpasser 1 mSievert (mSv)et qu'en dessous de 0,3 mSv, les produits seront exempts de toute restriction d'utilisation;

4 pour viter les expositions lectromagntiques

- aux basses frquences 50 Hz, lies au transport, la distribution et l'utilisation de l'lectricit
Diverses mesures peuvent abaisser l'exposition des occupants d'un btiment :
o mise la terre de l'installation lectrique,
o quilibre des phases dans les installations triphases,
o loignement des sources car l'intensit des champs lectromagntiques baissent trs rapidement avec la distance
o choix d'quipements amagntiques, par exemple, pour les planchers et plafonds chauffants
o emplacement judicieux des transformateurs, en particulier, dans les btiments accueillant des enfants qui ne doivent par tre exposs de manire prolonge des champs magntiques 50 Hz de plus de 0,4Tesla (4mGauss) en raison de l'association d'expositions moyennes suprieures cette intensit et le doublement du risque de leucmie chez l'enfant. Pour cette raison, en 2001, les champs magntiques 50 Hz ont t classs cancrognes possibles (groupe 2B) par l'IARC.

- aux radiofrquences et hyperfrquences
o la circulaire du 16 octobre 2002 indique les primtres de protection pour viter les fortes expositions
o le dcret du 3 mai 2002 traduit en droit franais les recommandations europennes de limites d'exposition soit 41 volts par mtre (V/m) 900 MHz et 58 V/m 1800 MHz.
o La charte de bonne conduite signe le 20 mars 2003 entre les trois oprateurs franais et la mairie de Paris prvoit des limites d'exposition rsidentielle moyenne de 2 V/m sur 24 h
o L'avis de l'Agence Franaise de Scurit Sanitaire Environnementale (AFSSE) relve qu'aucune donne scientifique n'indique un risque sanitaire. L'AFSSE recommande d'appliquer le principe d'attention face l'inquitude collective, de rendre obligatoires les chartes d'information et de concertation entre les oprateurs et les collectivits territoriales ainsi que des mesures annuelles des champs lectromagntiques par les oprateurs avec communication des rsultats.

En conclusion, un BTIMENT SAIN est :

- d'abord, programm, conu et construit pour
assurer des conditions saines, sres et fonctionnelles aux personnes qui y vivent ou y travaillent,
tre durable, conomique et de haute qualit,

- ensuite, utilis et entretenu de manire garantir la conservation de ses caractristiques.