Medieco écologie médicale pour des bâtiments sains
qui sommes nous
prestations medieco
parutions medieco
formations medieco
le magnetic alert
les news
parutions
contactez-nous
contactez-nous
pour commander
Actualités
Les eaux minérales naturelles sont-elles potables ?
chronique n°11
01 Mars 2004
Sceptiques sur la qualité de l'eau du robinet, les Français boivent actuellement quatre fois plus d'eaux en bouteille qu'en 1963, que ces eaux soient dites minérales ou de source. Les deux ont une origine souterraine. Elles sont exemptes de parasites et de micro-organismes pathogènes. Leur composition physico-chimique est constante et leurs teneurs en nitrates sont faibles à nulles. L'eau de source doit se conformer aux mêmes normes de potabilité que l'eau du robinet tandis que les caractéristiques de l'eau minérale sont "de nature à lui apporter des propriétés favorables à la santé" reconnues par l'Académie Nationale de Médecine et autorisées par le Ministère de la Santé.
La teneur totale en sels minéraux d'une eau potable ne doit pas excéder 1,5 g/l. La minéralisation totale est importante pour Contrexéville (2 g/l), Hépar (2,63 g/l), Vichy Célestins (3,38 g/l), St Yorre (4,65 g/l) alors que les eaux faiblement minéralisées comme Volvic (0,10 g/l), Evian (0,32 g/l) favorisent l'élimination des toxines de l'organisme et peuvent être bues tous les jours.
Autre paramètre : les sulfates dont la norme de potabilité est de 0,25 g/l. Contrexéville en a quatre fois plus (1,07 g/l) et Hépar six fois plus (1,48 g/l). Ces concentrations élevées ont un effet laxatif qui, chez des sujets sensibles, survient à partir de 0,4 g/l et chez les nouveaux buveurs à 0,7 g/l.
La valeur limite de sodium d'une eau potable est 0,15 g/l. Les eaux de Badoit, Vals, du Boulou mais surtout de Vichy (1,2 g/l), de St Yorre (1,8 g/l), dont les concentrations en sodium sont dix fois plus élevées, sont déconseillées aux hypertendus, cardiaques, obèses et femmes enceintes.
Bien qu'un apport de 0,5 mg/jour de fluor semble suffisant pour la prévention des caries dentaires, parmi les 61 marques commerciales d'eaux minérales naturelles, 23 contiennent plus de 1,5 mg/l de fluor, norme de potabilité. St Yorre, avec 8,9 mg/l, a la teneur la plus élevée de fluor, pouvant, chez des consommateurs réguliers, causer une fluorose dentaire et osseuse (ostéoporose due au fluor).
Les eaux minérales sont des médicaments et non de l'eau potable. Elles sont à prendre pendant une durée limitée, sur prescription médicale et non "publicitaire". Les eaux minérales ont des contre-indications. Il ne faut pas boire régulièrement celles qui ne respectent pas les normes de potabilité.
Devenues des produits de consommation de masse, les eaux minérales posent actuellement de réels problèmes en raison de la présence de certains éléments naturels très répandus, mais toxiques. C'est ainsi que l'enquête du Réseau national de santé publique, réalisée en 1997-1998, souligne que la teneur en arsenic, cancérogène avéré par voie orale, est supérieure à la norme de potabilité de 10 µg/l, dans 20 eaux minérales, et supérieure à 50 µg/l, dans 4 eaux minérales.
La surconsommation des eaux minérales présentant donc un risque sanitaire, la directive européenne du 16 mai 2003 limite les concentrations de certains constituants des eaux minérales naturelles, en particulier du fluor et de l’arsenic. Les eaux minérales seront dorénavant assujetties aux mêmes normes de qualité que l’eau du robinet pour les substances indésirables (nitrates) et pour les substances toxiques (antimoine, arsenic, baryum, cadmium, chrome, plomb, manganèse, mercure, nickel, sélénium).
Un conseil : sur les étiquettes des bouteilles d'eau, lire le chiffre du "résidu sec". S'il est inférieur à 400-500 mg/l, l'eau peut être bue quotidiennement. Plus il est faible, moins l'eau est minéralisée.